Founded in 1983 - United for Diversity and Racial Equality

ÉTAT D’URGENCE DU SPVM : LE CRARR MET EN GARDE CONTRE LES INTERPELLATIONS DISPROPORTIONNÉES DES MINORITÉS



Montréal, 23 mars 2020 — Dans un communiqué publié hier, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a déclaré l’état d’urgence en vertu duquel des équipes spécialisées ont été réaffectées pour soutenir les efforts des patrouilleurs afin d’assurer le respect et la compréhension des mesures d’urgence décrétées par le Gouvernement du Québec visant à protéger la santé de la population.

Le CRARR salue cette initiative motivée par le souci sincère du SPVM de faire face efficacement à la situation sanitaire dans laquelle la population de Montréal est plongée et de faire respecter les mesures de précautions mises en par le gouvernement, dont la distanciation sociale. Il est très judicieux et louable que le SPVM prenne toutes les mesures nécessaires pour éviter que les comportements irresponsables de certains viennent mettre en danger la santé de citoyens respectueux des restrictions pour ralentir la pandémie.

Le CRARR toutefois exprime sa préoccupation sur la possibilité que, dans l’application des mesures d’urgence, les personnes autochtones et racisées de Montréal soient disproportionnellement l’objet d’interventions et interpellations par des policiers.

Rappelons qu’une étude publiée en octobre 2019 par le SPVM a révélé qu’un nombre disproportionnellement élevé des personnes noires, autochtones et arabes font l’objet d’interpellations sur la voie publique par les policiers du SPVM. En conséquence, le CRARR est préoccupé par la possibilité que cette disproportion soit encore plus marquée dans le contexte de l’état d’urgence et tout particulièrement à l’égard des jeunes de ces groupes.

Afin de prévenir toute dérive de cette nature, le CRARR demande à la Mairesse de Montréal d’émettre des instructions claires et sans équivoque à l’endroit du SPVM afin que des actes de profilage racial ne soient pas commis sous le couvert de l’état d’urgence. Nous demandons aussi au Commissaire à la déontologie policière d’être prêt à agir avec célérité et fermeté si des plaintes à cet effet lui sont soumises.

Le CRARR demeurera opérationnel en cette difficile période afin de venir en aide aux personnes victimes de discrimination et de profilage racial.

Il fait appel à tous pour respecter les instructions des autorités, tout particulièrement la distanciation sociale, au nom de la prudence du civisme, de la responsabilité sociale et du respect de la santé d’autrui ainsi que des droits fondamentaux de la personne.